L’ère clivrarienne

Retrouvez ici les précédentes éditions de nos journaux uchroniques !

 

Et pour mieux comprendre, voici un aperçu de notre monde steampunk (an 1870 alternatif) :

 

EPILOGUE DE L’ERE CLIVRARIENNE

Les évènements se sont enchaînés et précipités, en cette journée du 16 novembre 2019 de notre Ère Clivrarienne, dans notre beau pays de Francie !

Tandis que nous entamions la visite de l’exposition de l’imprimerie, en compagnie de Mme de la Pouplinière (anciennement présidente de l’assemblée de Francie) et l’impératrice Constance Adélaïde d’Adavie, un message audiophonique du maréchal de la Falconnière, patriote francien de renom, nous est parvenu. Voici le discours en question :

 

Le maréchal avait hélas raison. En fin de visite, il est apparu que le très jeune duc Edison Fearless, neveu de la veuve Coquelicot, venait d’être déclaré par le gouvernement « Régent de Francie », en violation de notre Constitution. Nul doute que Mme de la Pouplinière, et ses amis adaviens, étaient dans le coup.

Suite à un délicat gouter dans une cave attenante, nous nous sommes rendus, pensifs, au dîner de gala prévu. Et là, nouveau coup de théâtre : le douteux Grand Pope d’Adavie nous a annoncé les fiançailles de l’impératrice adavienne avec le nouveau régent, à la vigoureuse surprise des deux concernés ! Une soudaine attaque de « Renégats Steampunk de Thiercelieux » nous a fort occupés, mais tandis que nous tentions de protéger l’assistance (dont les deux tourtereaux involontaires) de cette vague d’assassinats, il nous paraissait de plus en plus clair que l’impératrice était moins la coupable que la victime de ces fourbes machinations.

Le peuple s’est fort heureusement révolté, permettant à Edison Fearless de réaliser son rêve de partir faire le tour du monde en aéronef avec le fameux aventurier Victorien. L’impératrice d’Adavie s’en est retournée chez elle en toute discrétion, tandis que le Grand Pope était exilé dans les terres gelées, suite à un ultime ordre du jeune (et bientôt ex-) régent.